Considérations clés pour les personnes vivant avec le VIH

Il existe une augmentation des preuves matérielles qui suggère la possibilité de l’association de l’infection par le VIH à un état d'hypercoagulabilité. Par conséquent, les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) courent un risque élevé de développer une maladie thromboembolique cliniquement décelable par rapport à la population générale.1,2

  • Chez les personnes par ailleurs en bonne santé, un thrombus peut se former suite à la lésion d’un vaisseau sanguin (induite par un traumatisme, une intervention chirurgicale ou l'athérosclérose), un débit sanguin inadéquat ou une anomalie de la coagulation. Un thrombus peut ensuite donner naissance à une embole, obstruant la circulation sanguine, soit localement ou à distance dans l’organisme après migration.
  • Quant un thrombus occupe une importante portion de la lumière d'une artère ou d'une veine, le flux sanguin est souvent suffisamment réduit pour provoquer des symptômes cliniques et/ou un certain nombre de complications graves. Une occlusion majeure peut entraîner une ischémie et un infarctus des tissus pouvant conduire à la mort.

Les PVVIH présentent souvent des maladies thromboemboliques, en dépit de la présentation de quelques-uns des facteurs de risque classiques (tels que le traumatisme ou une intervention chirurgicale). Ces patients peuvent par conséquent avoir une augmentation des besoins de prophylaxie pharmacologique et/ou mécanique.

Un certain nombre d'anomalies observées chez les PVVIH peuvent contribuer à une augmentation du risque de formation de thrombus:3

  • La présence d'anticorps anti-phospholipides et de l'anticoagulant de type lupique
  • Le déficit de la protéine C, de la protéine S, du cofacteur II de l'héparine et de l'antithrombine
  • L'augmentation du niveau du facteur vonWillebrand et du D-dimères
  • L’augmentation du taux des molécules d'adhésion (par exemple ICAM)4

Les Références

  1. Malek J, Rogers R, Kufera J, Hirshon JM. Venous thromboembolic disease in the HIV-infected patient. Am J Emerg Med. 2011;29(3):278–282. 
  2. Rasmussen L, Dybdal M, Gerstoft J, et al. HIV and risk of venous thromboembolism: a Danish nationwide population-based cohort study. HIV Med. 2011;12(4):202–210. 
  3. Saif MW. Thromboembolism associated with HIV infection: a case report and review of the literature. AIDS Read. 2000;10(8):492–496.
  4. Mu H, Chai H, Lin PH, Yao Q, Chen C. Current update on HIV-associated vascular disease and endothelial dysfunction. World J Surg. 2007;31(4):632-643.