Considérations clés pour les personnes vivant avec le VIH

Introduction 

Le diabète est principalement défini comme un état d’hyperglycémie qui augmente de façon substantiel le risque de lésions microvasculaires telles que la rétinopathie, la néphropathie et la neuropathie.1 Le diabète peut survenir à la suite d'une diminution de la production d'insuline par le pancréas, une résistance accrue à l'action de l'insuline au niveau des tissus périphériques (résistance à l'insuline), ou les deux à la fois.2 Il existe divers types d’anomalie du métabolisme du glucose, comprenant la baisse de la tolérance au glucose, une anomalie de la glycémie à jeun et le diabète franc. Le diabète est associé à une morbidité importante due à des complications microvasculaires, le risque élevé des maladies cardiovasculaires (la cardiopathie ischémique, la maladie vasculaire périphérique et AVC) et la détérioration de la qualité de vie.1

Les conséquences du diabète et du risque cardiovasculaire dans la population générale

Le diabète est associé à une morbidité importante due à des complications microvasculaires, le risque élevé de maladie cardiovasculaire (cardiopathie ischémique, une maladie vasculaire périphérique et AVC) età ladétérioration de la qualité de vie1

  • Lors de l'évaluation du risque cardiovasculaire dans le diabète, la Fédération Internationale du Diabète (FID) a recommandé que les équations de risque développées pour les populations non diabétiques ne soient pas utilisées et recommandent plutôt l’utilisation du risque UKPDS UKPDS risk engine pour l'évaluation et la communication des risques3
  • Reportez-vous à la section cardiologie à l'intérieur de ce site pour plus d'informations sur l'évaluation du risque cardiovasculaire chez les personnes infectées par le VIH

Le diabète et l'homéostasie du glucose altérée chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH)

  • La résistance à l'insuline est une conséquence sous-estimée du traitement du VIH4 et pourrait prédisposer à l'apparition du diabète. La résistance à l'insuline et le diabète peuvent être associés à la dyslipidémie. Par exemple, dans une étude le diabète a été observé chez 7% des patients atteints de dyslipidémie, ce qui était 14 fois plus fréquents comparativement aux témoins saints.4
  • La glycémie à jeun ayant été normale chez la plupart des patients recevant un traitement antirétroviral, la baisse de latolérance au glucose a été rapportée chez 16-40% des patients recevant un traitement à base d'IP5.6
  • Une anomalie de la glycémie à jeun et de la baisse de la tolérance au glucose indiquent un risque quatre à six fois plus élevé pour le développement futur du diabète.7 le diabète est associé à une morbidité et à la mortalité cardiovasculaire.3,8,9
  • les patients infectés par le VIH avec une anomalie de la glycémie à jeun ainsi qu’une baisse à la tolérance du glucose doiventt être visés pour une intervention de modification du mode de vie6 (voir section traitement) ainsi que, l’identification et le traitement de leurs facteurs de risque cardiovasculaire.7 (voir section cardiologie)

Traitement et prévention du diabète

  • Le traitement du diabète chez les PVVIH est en général semblable à celui des personnes non infectées par le VIH4,5,10
  • L'utilisation de certains antirétroviraux peut être associée au développement ou l'aggravation de la résistance à l'insuline
  • Reportez-vous à la section traitement pour les stratégies pouvant aider à la prévention ou une apparition différée du diabète, et des informations sur le traitement chez les personnes vivant avec le VIH

Diabète et grossesse

  • Le traitement du diabète et le contrôle de la néoglucogenèse peuvent être plus difficile que d'habitude pendant la grossesse et, certains agents antidiabétiques peuvent être contre-indiqués pendant la grossesse
  • Consulter les propositions de l'American Diabetes Association (ADA), Lignes directrices de la Fédération Internationale du Diabète (FID) et / ou de American Association of Clinical Endocrinologists (AACE 2007) pour plus d'informations sur la gestion du diabète pendant la grossesse et les considérations pour les femmes potentiellement en âge de procréer.

Les Références

  1. Report of a WHO/IDF Consultation. Definition and Diagnosis of Diabetes Mellitus and Intermediate Hyperglycemia. Accessed 20 February 2011.
  2. US National Library of Medicine. Diabetes. Accessed 9 May 2011.
  3. International Diabetes Federation. Global Guideline for Type 2 Diabetes, 2005. Accessed 20 February 2011.
  4. Gazzard BG on behalf of the BHIVA Treatment Guidelines Writing Group. British HIV Association guidelines for the treatment of HIV-1-infected adults with antiretroviral therapy 2008. HIV Medicine. 2008;9:563–608.
  5. Schambelan M, Benson C, Carr A, et al. Management of metabolic complications associated with antiretroviral therapy for HIV-1 infection: Recommendations of an International AIDS Society USA Panel. J Acquir Immune Defic Syndr. 2002;31:257–275.
  6. Carr A, Samaras K, Thorisdottir A, et al. Diagnosis, prediction and natural course of HIV protease inhibitor-associated lipodystrophy, hyperlipidaemia and diabetes mellitus: a cohort study. Lancet. 1999;353:2093–2099.
  7. European AIDS Clinical Society (EACS). Guidelines. Version 6.0. Accessed 3 July 2012.
  8. American Diabetes Association. Standards of medical care in diabetes 2011. Diabetes Care. 2011;34; Suppl 1:S11–S61.
  9. Rodbard HW, Blonde L, Braithwaite SS, et al. American Association of Clinical Endocrinologists medical guidelines for clinical practice for the management of diabetes mellitus. Endocr Pract. 2007;13(Suppl 1):1–68
  10. Mullen MP and Caplivski D. HIV and Comorbidities: A Case Based Approach to Diagnosis and Management. Oxford American Infectious Disease Library. Oxford University Press. 2008.